La quatrième banque suisse jugée d’importance systémique

Après UBS, Credit Suisse puis la Banque Cantonale de Zurich (BCZ) depuis novembre, Raiffeisen est la quatrième banque suisse considérée comme étant d’importance systémique. Elle est donc jugée indispensable à l’économie helvétique. La décision a été prise par la Banque nationale suisse après consultation avec Raiffeisen et l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (Finma). Celle-ci appliquera les mesures qui concernent les exigences en matière de fonds propres, de liquidités ainsi que la préparation d’un plan d’urgence. Actuellement, la quote-part minimale requise des instituts de la catégorie 2 de la Finma – qui inclut Raiffeisen, PostFinance et la BCZ – varie entre 13,6 et 14,4%. Avec le volant anticyclique introduit par la BNS à fin juin, Raiffeisen doit toutefois avoir au moins 14,8% de fonds propres. D’ici à fin 2018, la BCZ devra détenir une quote-part de fonds propres de 16%, contre 19% pour les deux grandes banques suisses.