Rien qu'à l'Université de Genève, les formations continues sanctionnées par un diplôme sont passées de 24 en 1998 à 117 aujourd'hui. Dans la ville du bout du lac, plus de 100 institutions (à 80% privées) dispensent des cours de perfectionnement professionnel de tout type. Les chiffres donnent le tournis. L'offre aussi: de la santé à la géopolitique, en passant par les langues et l'informatique, sous forme de cours du soir, ou de conférences, tout est possible. Comment s'y retrouver?

kLes portailsL'adresse http://www.alice.ch est la porte d'entrée de l'association faîtière de la formation continue, la Fédération suisse pour la formation continue (FSEA). Sa banque de données recense les institutions certifiées par le label de qualité Eduqua, ainsi que diverses formations à l'étranger. Ce portail renvoie à des liens intéressants, comme la fondation pour la formation à distance en Suisse (http://www.fernuni.ch).

La plateforme http://www.formation-continue.ch permet de rechercher une formation par catégorie (finances, management, communication...) et par canton. C'est également un annuaire de prestataires. Son atout? Ses tuyaux connexes à la formation continue, sous forme de blogs, comme «comment financer sa formation?».

L'association de formation continue universitaire suisse, http://www.swissuni.ch, regroupe toute l'offre proposée par les universités et les écoles polytechniques suisses. Le moteur de recherche, par mots-clés notamment, est directement lié aux sites des écoles qui logent les programmes de formation.

L'Office pour l'orientation, la formation professionnelle et continue de Genève (OFPC) lancera, en septembre prochain, une cité des métiers sur le modèle de l'institution parisienne à la Villette. Un espace de formation continue sera spécifiquement créé.

kLes critèresDirecteur de l'OFPC, Grégoire Evéquoz distille quelques conseils pour ne pas se perdre dans l'offre pléthorique de formation continue car, dit-il, «on peut avoir des surprises».

L'organisation. La configuration de la formation, d'abord. «Plus il y a de modules, plus la formation est souple». Par exemple, il est préférable qu'une seule et même formation en bureautique comporte plusieurs modules (Word, Excel, PowerPoint, etc.) et que l'apprenant puisse les suivre à différentes périodes de l'année.

Le niveau. Il faut bien vérifier que la formation choisie corresponde au parcours de l'apprenant. Si l'institution organise un test de niveau d'anglais avant d'intégrer le postulant dans ses cours de langue, «c'est un gage que l'institution prend en compte ses besoins».

La qualité. La formation continue donne-t-elle droit à des crédits ECTS? Est-elle sanctionnée par une certification officielle? L'institut bénéficie-t-il du label Eduqua? Ce sont autant de questions à se poser avant de choisir sa formation.

Le contenu. Enfin, Christophe Evéquoz avertit: «Il faut vérifier que le contenu de la formation corresponde bien à l'offre présentée sur le catalogue». Car un cours de marketing, par exemple, peut facilement être fourre-tout.