Le monde de la communication a subi des chamboulements incroyables en quelques années. Les technologies de l'information ont transformé nos vies. La moindre panne informatique, l'oubli de son portable ou de son agenda électronique sont là pour nous le rappeler instantanément.

Grâce à ces évolutions, la manière de communiquer et d'entrer en contact avec les individus s'est développée à la vitesse de la lumière. Je constatais d'ailleurs récemment, en surfant sur un site de réseautage, qu'une personne venait de fêter son 3000e ami en à peine quelques mois. Quelle performance, alors que la plupart d'entre nous comptent ses amis sur les doigts d'une main…

Qui sont ces nouveaux camarades de la Toile, venus de nulle part, que l'on n'a jamais rencontrés et que l'on ne rencontrera, pour l'écrasante majorité, assurément jamais? Lesquels peut-on appeler pour les voir rapidement si l'on a besoin de boire un verre et de parler pour confier ses états d'âme?

Le réseautage est un moyen formidable d'entrer en contact avec des gens travaillant dans tous les secteurs d'activité et répartis aux quatre coins de la planète, parfois tout simplement de communiquer avec des personnes possédant les mêmes centres d'intérêt, de retrouver d'anciens amis perdus de vue ou de trouver le job de sa vie. Les principaux sites – tels que Facebook, MySpace, LinkedIn, Plaxo Pulse, Viadeo et nombre d'autres qui voient presque quotidiennement le jour – fonctionnent pour la grande majorité sur le principe de la cooptation. Leur efficacité dépend de la réactivité et de la discipline de chaque maillon de la chaîne.

Dans cette jungle de sites – certains, comme MySpace, voient le nombre d'adhérents augmenter de plus de 200 000 par jour –, il est de bon aloi de se poser un certain nombre de questions fondamentales avant d'étaler sa propre vie. Les sites de réseautage représentent des outils géniaux, mais ils sont potentiellement dangereux si on ne les utilise pas judicieusement. Pas question, bien entendu, de tomber dans la paranoïa et de développer un syndrome de persécution, mais il faut se donner le temps d'une réelle réflexion sur le contenu que l'on met potentiellement à disposition de millions d'internautes, sans aucun contrôle. Car c'est l'une des caractéristiques des plateformes technologiques actuelles: elles permettent à tout un chacun de les alimenter en informations qui ne sont ni contrôlées ni contrôlables.

Ainsi, il faut garder en tête ce constat: il est totalement illusoire de penser que l'on puisse garder le contrôle d'une information mise en ligne. Même si l'on supprime son profil, rien ne garantit que les informations, images ou vidéos que l'on jugerait à un moment donné potentiellement préjudiciables, ne puissent être enregistrées et ne surgissent, peut-être même dix ans plus tard, au moment le moins opportun pour sa carrière.

Les questions essentielles qu'il faudrait se poser avant de se brancher sont donc les suivantes:

Quel est mon objectif principal et qu'est-ce que je recherche réellement?

Suis-je prêt à y consacrer plusieurs heures par semaine, voire par jour, pour l'exploiter de façon décente?

Suis-je prêt à assumer le risque d'y étaler passablement d'informations personnelles, tout en acceptant le risque de ne plus être en contrôle de ce qui est publié?

Alors seulement cet outil peut devenir un véritable allié, et pourquoi pas un ami…