Les dirigeants d'entreprise sont généralement au fait des recettes et des dépenses, des investissements et des rendements, de l'état de la production, des commandes et des livraisons. Ces informations sont indispensables pour la planification et la gestion de l'entreprise. Mais que savent-ils de leurs collaborateurs? Ils ont calculé leur coût, parfois leur productivité. Mais généralement, ils ignorent tout de leurs sentiments et de leurs attitudes. Ils ne connaissent rien de leur motivation, de leur satisfaction, de ce qu'ils pensent de l'organisation et de leur travail. Une proportion étonnante de gestionnaires se permet d'ignorer royalement ce domaine primordial dans leur entreprise.

Un sondage auprès des employés est un bon moyen de «prendre la température» au sein du personnel. Il permet aux collaborateurs de donner leur opinion et leur avis, tout en conservant l'anonymat. Il est un moyen simple pour connaître le vécu de tous les gens, même de ceux qui normalement s'expriment peu. Selon les besoins de l'entreprise, les questions posées dans une enquête peuvent être très diverses. Souvent, elle vise à cerner les facteurs provoquant des symptômes de stress au travail, car celui-ci peut se révéler coûteux, rendre les collaborateurs malades et augmenter l'absentéisme; elle peut aussi inclure des questions sur les attitudes et la motivation des employés, puisque les personnes motivées s'engagent davantage pour l'entreprise. Deux exemples parmi de nombreux champs d'investigation.

Néanmoins, il n'est pas évident de conduire une enquête de façon professionnelle. Elle doit être adaptée à l'organisation et menée par des spécialistes. Le management doit être conscient que chaque question posée peut amener une réponse différente de ce qu'il souhaitait. L'entreprise doit ensuite réagir: une diffusion interne des résultats est indispensable. Et des mesures adéquates, en vue de corriger les points faibles, sont attendues des gestionnaires. Les résultats d'un sondage doivent être traités aussi sérieusement que des résultats financiers.

Malgré les avantages évidents d'une enquête auprès des collaborateurs, il est étonnant de constater que les employés ne retournent pas toujours les questionnaires. Or, les résultats ne sont fiables que si une majorité de collaborateurs donne son avis. Les arguments avancés le plus souvent pour ne pas répondre incluent des doutes sur le sérieux du sondage, de la méfiance vis-à-vis du management et le sentiment que les questions posées ne sont pas adaptées à la situation.

Parfois, dans le cas où l'enquête comprend aussi bien des questions personnelles que des questions relevant du domaine du travail, des doutes apparaissent sur la garantie de l'anonymat qui doit rester une règle de base très importante à respecter! Mais celui à qui l'on demande d'exprimer son opinion et ne le fait pas ne sera pas entendu. Mon conseil: répondez aux sondages, donnez librement vos commentaires si les questions ne vous semblent pas pertinentes. En cas de doute sur l'anonymat, ne répondez tout simplement pas aux questions trop personnelles, mais remplissez le reste du formulaire.