Le Temps: A présent que la Réserve fédérale (Fed) a ramené son taux d'intérêt directeur à 2%, qu'attendez-vous pour la suite?

Fernando Martins da Silva: La Fed va marquer un temps d'arrêt, pour plusieurs raisons. La première est que la baisse des taux, qui a été rapide jusqu'ici car elle partait d'un niveau élevé, peut s'effectuer plus lentement. Car aux niveaux actuels, les taux sont désormais un stimulant pour l'économie. En effet, l'inflation de base américaine est proche de 2,5%. Les taux, inférieurs à ce niveau, sont désormais négatifs, et correspondent à un niveau typique de stimulation durant une période récessionniste. La Fed devrait procéder tout au plus à deux ou trois baisses de taux d'ici à fin 2008. La deuxième raison de la pause est que la Fed courait le danger d'entraîner le dollar à un niveau extrêmement faible, alimentant la flambée des matières premières, libellées en billets verts, et pénalisant par là l'économie. Nous sommes donc arrivés à une limite de la politique monétaire américaine. Car la baisse des taux américains, en provoquant une chute du dollar et une très forte hausse des cours des matières premières, peut entraîner un ralentissement mondial, affectant les économies des grands pays émergents qui se portent bien, mais qui sont de grands consommateurs de matières premières. Si la Fed alimente des perspectives de baisses de taux très fortes, elle engendrera des perspectives de baisse du dollar et de hausse des commodities néfastes pour l'économie. C'est pourquoi la Fed baissera les taux de façon plus modérée.

- Si les taux américains baissent jusqu'à 1,5%, et restent à ces niveaux, cela n'entraînera-t-il pas une nouvelle bulle de crédit?

- La Fed sera obligée de réduire les taux jusqu'à 1,75%-1,5%, car le marché attendra d'elle une action rassurante en raison des nouvelles macroéconomiques, qui vont encore empirer. Puis elle maintiendra les taux bas pendant un certain temps, probablement jusqu'au début de 2009, car la nature du ralentissement américain, qui a des allures de récession, reflète un choc sur les actifs immobiliers. Mais, même si le but de la Fed est d'encourager le crédit, il n'augmentera pas pour autant aussi facilement qu'on le croit.

- Pourquoi?

- Parce que les banques n'ont pas le collatéral pour ce crédit. Et les ménages américains n'ont pas les moyens d'y recourir comme dans les cycles précédents. Ils vont tendre à augmenter leur épargne, d'autant que l'emploi restera morose. En outre, les taux de défaut sont à la hausse (dans l'immobilier et la consommation). Les banques vont donc être restrictives. Cette crise financière a ramené dans leur bilan des actifs qu'elles ne voulaient pas, et elles veulent éviter que le bilan ne continue à gonfler.