Cette année, les observateurs de l’économie et des marchés financiers seraient largement pardonnés de se sentir un peu schizophrènes. En effet, malgré une forte chute au début de la pandémie, les marchés ont pratiquement tous rattrapé leur baisse du premier trimestre et apparaissent ainsi largement déconnectés de la réalité économique. Car si les indices boursiers sont bientôt tous en territoire positif pour cette année, les statistiques montrent sans ambiguïté que l’activité économique a subi son plus gros coup de frein depuis la Seconde Guerre mondiale, sans même prendre en compte une éventuelle deuxième vague de Covid-19 et le reconfinement qui s’ensuivrait.

Lire aussi: Coronavirus: faut-il fermer les bourses?