Pionnier du téléchargement illégal de fichiers, Napster existe toujours. Acquise en 2002 par Bertelsmann, la société a depuis changé plusieurs fois de propriétaire avant d'être rachetée par la direction et des investisseurs privés, et cotée au Nasdaq dès 2005. Reconvertie dans le téléchargement légal de musique, Napster revendique aujourd'hui 830000 abonnés payants.

Aux trois quarts de son année fiscale qui se clôt le 31 mars, la firme a réalisé un chiffre d'affaires de 81,4 millions de dollars, pour une perte de 28,3 millions, et ne dit pas encore quand elle espère être rentable. Le point avec Thorsten Schliesche, vice-président marketing et ventes de Napster en Europe.

Le Temps: Comment espérez-vous contrer l'iTunes Music Store d'Apple, qui détient plus de 80% du marché de la musique numérique?

Thorsten Schliesche: Apple est numéro un dans la vente de titres, Napster est numéro un dans le nombre d'abonnés. Pour 14,95 euros par mois, ils peuvent télécharger autant de titres qu'ils veulent et les transférer sur des baladeurs. Dès que leur abonnement prend fin, la musique n'est plus accessible.

- En empêchant les propriétaires d'iPod d'écouter votre musique, vous vous privez d'un grand marché?

- Oui, mais c'est parce que Apple impose un certain format de fichier sur son baladeur. Reste que notre musique est utilisable sur de nombreux baladeurs et la plupart des téléphones, qui représentent un marché bien plus grand que l'iPod.

- Apple commence à vendre de la musique sans DRM - technologie qui empêche des copies sur certains supports. Allez-vous suivre?

- Nous observons le marché. Pour l'heure, cela ne concerne qu'une partie du catalogue d'EMI. De toute façon, nous avons besoin de certains DRM pour notre système d'abonnement.

- Peut-on imaginer de la musique gratuite, financée par la publicité? - Des tests de ce type sont menés aux Etats-Unis, mais il est trop tôt pour en parler.

- De toute façon, les jeunes internautes ont encore l'habitude de télécharger gratuitement et illégalement de la musique...

- En Allemagne, pour une chanson achetée en ligne, quatre sont téléchargées illégalement - le ratio doit être similaire en Suisse. Bien sûr, c'est une grande concurrence. Avec nos offres attrayantes par abonnement, offrant un nombre illimité de téléchargements, nous pourrons intéresser ces internautes.

- Hors Etats-Unis et Canada, Napster n'est utilisable qu'au Japon, en Allemagne, au Royaume-Uni, en Irlande et au Portugal. Pourquoi? - C'est bien sûr une question d'acquisition des droits pays par pays. Mais nous cherchons aussi des partenaires locaux, tels que des magazines ou des chaînes TV, auxquels nous associer. Napster s'intéresse ainsi de près au marché suisse, mais je ne peux vous donner de date de début.