Mobilité

En quête du Netflix suisse de la voiture

Le marché automobile suisse introduit la formule de l’abonnement. Les assurances, les concessionnaires et même les marques espèrent ainsi répondre au changement de comportement des consommateurs

«Nous estimons qu’à terme en Suisse, chaque année, une nouvelle immatriculation de voiture sur dix se fera via un abonnement, ce qui correspond à 30 000 véhicules. Nous ambitionnons de devenir leader avec une part de marché de 80%.» Olivier Kofler, directeur de la start-up bernoise Carvolution, annonce la couleur. Fondée en 2018, sa société espère passer le cap des 1000 utilisateurs en janvier prochain. Fin novembre, elle a annoncé avoir levé 11,3 millions de francs. Parmi ses nouveaux investisseurs: La Mobilière, numéro un helvétique des assurances liées aux dommages.

Pour s’imposer sur un marché qui a émergé il y a 2 ans, Olivier Kofler et ses 25 collègues vont avoir fort à faire. Partant du constat que la propriété n’est plus forcément un must, de plus en plus d’acteurs convoitent ce nouveau créneau. A commencer par Upto, une autre jeune pousse avalée par l’assurance AXA, ou encore Juicar, qui appartient au groupe Alpiq.