C’était l’une des conférences de presse les plus attendues de Credit Suisse. La banque dévoilait jeudi ses résultats trimestriels après un premier trimestre marqué par deux débâcles, celle de la faillite de Greensill, puis l’implosion du hedge fund américain Archegos. Outre des pertes historiques, les deux affaires ont conduit à des réductions de bonus, des départs de cadres à plusieurs niveaux et à une crise de confiance sans précédent pour la deuxième banque suisse. En cinq points, les informations à retenir.

■ D’excellents résultats, mais…

Sans tenir compte des pertes liées à Archegos, Credit Suisse aurait réalisé l’un de ses meilleurs trimestres avec un bénéfice brut de 3,6 milliards de francs. A la même période l’an dernier, la banque avait enregistré un gain brut d’un peu moins d’un milliard. L’établissement suisse n’est pas un cas isolé – les banques, surtout américaines, qui ont publié leurs chiffres pour les trois premiers mois de l’année ont toutes montré de bons résultats.