Ecarté du top 20 des entreprises suisses auquel il appartenait depuis sa création en 1998, Swatch Group ne se remet pas en question pour autant. Après le remaniement du SMI (Swiss Market Index) annoncé mercredi par l’opérateur SIX, qui verra le géant horloger biennois remplacé par Logitech au sein de l’indice phare de la bourse suisse le 20 septembre, le conglomérat de Nick Hayek joue la carte de l’indifférence.

«Cela ne va rien changer pour nous, comme nous l’avons déjà dit à plusieurs reprises», précise jeudi au Temps un porte-parole de Swatch Group. En avril 2019, alors que le conglomérat avait déjà failli sortir du SMI, Nick Hayek déclarait dans nos colonnes que ce serait «plutôt un problème pour l’indice s’il perdait le plus grand groupe industriel de Suisse […]. La bourse ne reflète de toute manière pas la vraie valeur d’une entreprise.»