C’est sans doute la fin d’une âpre bataille. Au bout de huit mois d’enquête, l’application SocialPass a obtenu vendredi le feu vert du préposé fédéral à la protection des données et à la transparence (PFPDT), Adrian Lobsiger. Mis en cause notamment pour la sécurité du système et l’accès aux informations des clients, les exploitants de SocialPass ont accepté de corriger ces erreurs. L’application de traçage des contacts, utilisée notamment dans les cantons de Vaud et du Valais pour lutter contre le virus, peut donc continuer à être utilisée dans les restaurants et les bars suisses. En théorie, tout du moins. Car ni les clients ni les exploitants ne veulent plus l’employer.