Il a presque réussi à faire oublier la pandémie tant il fascine, l’Ever Given, ce bateau de 400 mètres de long (contre 324 de haut pour la tour Eiffel) et de 224 000 tonnes. Le porte-conteneurs a bloqué le canal de Suez du 23 au 29 mars, après s’être échoué en raison d’une tempête de sable en Egypte. Il a repris sa route lundi après-midi, aidé par des remorqueurs et des pelleteuses qui ont dégagé 27 000 m3 de sable jusqu’à 18 mètres de profondeur à sa proue. Même la pleine lune, qui a élevé plus que d’ordinaire le niveau de l’eau, a aidé. Ces six jours de pause ont tenu en haleine des armateurs, des négociants et tout un pan de l’économie globale. Ils ont mis en lumière des maillons faibles ou méconnus des chaînes logistiques mondiales.