Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Pierin Vincenz, en février 2015.
© Gian Ehrenzeller/Keystone

Banque

Raiffeisen ouvre une enquête interne sur l’ère Pierin Vincenz

Le troisième groupe bancaire suisse a annoncé mercredi qu’il souhaitait identifier d’éventuelles irrégularités lors de l’achat de participations. Objectif de l’enquête: «renforcer la confiance» en Raiffeisen

Raiffeisen lance une enquête interne dirigée par Bruno Gehrig afin d’examiner l’ère Pierin Vincenz. L’objectif de cette enquête indépendante est de vérifier les achats de participation effectués par la banque pour identifier d’éventuelles irrégularités.

«Le conseil d’administration de Raiffeisen veut faire toute la lumière sur le passé afin de garantir la transparence», a souligné le troisième groupe bancaire suisse mercredi dans un communiqué. Il a choisi Bruno Gehrig pour analyser la période pendant laquelle Pierin Vincenz était président de la direction. L’homme «dispose d’une grande expérience dans des fonctions exécutives et de surveillance au sein du secteur des services financiers», relève Raiffeisen.

Lire aussi: Pierin Vincenz, banquier sous le «choc»

A 71 ans, Bruno Gehrig a notamment présidé le conseil d’administration de Swiss Life et celui de Swiss et a siégé aux conseils d’administration de Roche et d’UBS. Il a en outre été membre du directoire de la Banque nationale suisse (BNS).

Restaurer la confiance

Bruno Gehrig dirigera l’enquête en collaboration avec une équipe du cabinet d’avocats d’affaires Homburger. La question principale est de vérifier si des irrégularités ont été commises lors de l’achat de participations par Raiffeisen ou ses filiales depuis 2005. La centaine de participations qui ont eu lieu pendant cette période seront soumises à une analyse de risques.

Les entreprises et les transactions pour lesquelles le Ministère public de Zurich a ouvert une enquête ne sont pas concernées par ce contrôle, précise Raiffeisen. «Nous voulons analyser rigoureusement le passé et communiquer les résultats de l’enquête en toute transparence afin de renforcer la confiance en Raiffeisen Suisse», a déclaré Pascal Gantenbein, vice-président du conseil d’administration, cité dans le communiqué.

Lire également: L’ancien patron de Raiffeisen, Pierin Vincenz, est en garde à vue

Pierin Vincenz a opéré en tant que directeur général de Raiffeisen de 1999 à 2016 et détenait plusieurs mandats auprès de conseils d’administration, notamment en tant que président (1999 à 2017) du prestataire de services financiers Aduno, détenu à plus de 25% par Raiffeisen.

Procédure pénale

Le Grison fait l’objet d’une procédure pénale de la part du Ministère public zurichois pour gestion déloyale lorsqu’il présidait Aduno. Il se trouve placé en détention préventive depuis début mars.

A l’origine de cette enquête se trouve une plainte déposée en décembre 2017 par Aduno. Ce dernier reproche notamment à Pierin Vincenz de s’être enrichi personnellement lors de plusieurs acquisitions, notamment celle de la société d’investissement Investnet, revendue depuis par Raiffeisen. La coopérative bancaire a pour sa part porté plainte contre son ancien directeur général, l’accusant de gestion déloyale.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)