La croissance économique de la Suisse a ralenti sa progression au troisième trimestre, notamment en raison d’un recul des exportations pénalisées par le renchérissement de la monnaie helvétique, a annoncé jeudi le Secrétariat d’Etat à l’Economie (Seco).

Entre juillet et septembre, le produit intérieur brut (PIB) de la Confédération a progressé de seulement 0,2%, comparé au trimestre précédent, où il avait augmenté de 0,5% (chiffre révisé), a précisé le Seco dans un communiqué.

L’économie suisse, qui avait jusqu’à présent été épargnée par le ralentissement conjoncturel mondial, a été soutenue par la consommation des ménages, pilier de la croissance helvétique, qui a progressé de 0,1% sur la période.

La consommation publique a quant à elle augmenté de 0,6% pendant la période sous revue.

Recul marqué des exportations

La croissance a cependant souffert du recul marqué des exportations, qui ont baissé de 0,9% pour les exportations de biens et de 2,7% pour les exportations de services.

La Confédération a vu ses ventes à l’international pénalisées par le renchérissement depuis le début de l’année de la monnaie helvétique face principalement à l’euro et au dollar.

Depuis l’été, les entreprises suisses, tous secteurs confondus, ont supprimé plus de 10’000 postes selon un décompte de l’AFP, en raison de la hausse du franc et de la dégradation de la conjoncture mondiale.

Pour l’ensemble de l’année, la Banque nationale Suisse (BNS) s’attend à une progression du PIB entre 1,5 et 2%.