Ces virages stratégiques qui se dessinent, ces initiatives qui changent les modèles d’affaires, ces enjeux qui appellent à l’innovation... Deux fois par mois, «Le Temps» s’intéresse à la vie des entreprises suisses telle qu’on ne la perçoit pas de prime abord.

Plongez dans notre série d'articles.

«Bonjour, je m’appelle Ralph, je suis enthousiaste et honoré d’être votre CEO.» C’est par ces mots que Ralph Hamers s’est présenté aux salariés d’UBS par vidéo interposée, pour son premier jour à la tête de la banque, le 2 novembre 2020. Le Néerlandais de 54 ans, qui venait officiellement de succéder à Sergio Ermotti, apparaissait sans cravate, en chemise, dont les premiers boutons n’étaient pas fermés, dans un espace qui pourrait être un salon. Une mise en scène qui l’a d’emblée présenté comme un manager détendu et abordable, bien loin de la raideur des banquiers qui règnent habituellement sur la Paradeplatz, le cœur de la finance zurichoise.