Valiant peut respirer. Au terme de son enquête, le réviseur du groupe bancaire bernois, KPMG, conclut à l’absence de manipulation du cours de l’action par l’établissement lui-même. Des rumeurs de tels mouvements de cours suspects, rapportées par des courtiers, avaient couru dans la presse.

Réagissant à ces articles, Valiant a mandaté il y a deux semaines la société de révision et d’audit comptable KPMG pour mener une enquête. Aucun indice n’indique que la banque aurait acheté puis revendu elle-même ses propres titres afin de maintenir leur cours à un haut niveau, a dit jeudi à Berne Daniel Senn, partenaire de KPMG, lors de la présentation du rapport.

Selon la rumeur, certains collaborateurs détenant des options auraient tiré profit de ces prétendues manoeuvres. Les trois rachats d’actions menés par le groupe Valiant depuis 2006 auraient également visé à maintenir artificiellement à haut niveau le cours de l’action. Dans son rapport, KPMG écarte l’ensemble de ces reproches.

Le président du conseil d’administration du groupe, Kurt Streit s’est pour sa part dit consterné par la chute de l’action Valiant au cours des dernières semaines, laquelle a perdu près de 30% de sa valeur. «Valiant reste la même banque avec la même stratégie qu’auparavant», a-t-il souligné.

Communication lacunaire

M. Streit a expliqué ces spéculations dommageables pour l’action par le manque de communication de l’établissement. Valiant n’a pas pu démontrer clairement que les rachats d’actions et les programmes de participation aux bénéfices des collaborateurs n’étaient pas liés, mettant ainsi à mal sa crédibilité.

Tirant les conséquences de cette affaire, Valiant va à l’avenir renoncer à ces programmes d’options pour ses collaborateurs et se soumettre volontairement aux recommandations de l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers, la FINMA, en matière de bonus.

Le groupe bancaire bernois Valiant a aussi demandé il y a deux semaines à la FINMA de se pencher sur le négoce de ses actions, après avoir observé la semaine précédente des mouvements de cours suspects et vu plonger son titre. Le 18 octobre, un grand nombre d’ordres de ventes avaient été passés, faisant chuter l’action de près de 20%.

Après avoir ouvert en forte hausse en matinée, l’action de Valiant a clôturé la séance de jeudi en légère progression de 0,1% à 138,2 francs.

Ce plongeon a entraîné d’autres mouvements de cours sans que des informations concernant l’entreprise puissent expliquer une telle évolution. Pour l’heure, la FINMA examine le cas, conformément à sa mission, a indiqué à l’ATS son porte-parole, Tobias Lux. Une enquête sera ouverte pour autant que des violations de la loi aient été observées.