Installé dans un salon feutré à l’entrée du siège d’Omega à Bienne, Raynald Aeschlimann échange avec ses collaborateurs derrière d’imposantes baies vitrées. Nous voyant approcher, il nous salue d’un grand geste. Son masque cache un sourire qu’une année 2020 ne ressemblant en rien aux attentes n’a pas entamé.