La détente monétaire de 50 points de base de la Réserve fédérale américaine (Fed) ne convainc guère les marchés en milieu de semaine. Les investisseurs jugent cette intervention insuffisante – ils espéraient 75 points de base –, mais la banque centrale américaine n'a pas exclu de procéder à une nouvelle baisse de ses taux directeurs prochainement. La réaction négative de Wall Street mardi pèse lourdement sur les Bourses européennes. Après avoir touché un point bas de 6877 points en début de journée, l'indice SMI termine la séance en recul de 1,4% à 6965,2 points. Sur le plan technique, il est important que le marché puisse se maintenir au-dessus de la marque des 6900 points pour la suite des opérations. Si ce n'est pas le cas, les intervenants jugent que le niveau de 6600 points devrait constituer un plancher à partir duquel l'indice SMI pourrait amorcer son rebond.

Nestlé échappe à la tendance

Aux Etats-Unis, le Nasdaq se reprend quelque peu sur les premiers échanges, alors que le Dow Jones ne parvient pas à reprendre le chemin de la hausse.

Parmi les blue chips, seuls Nestlé et Swatch Group réussissent à grignoter quelques points et à échapper ainsi à la spirale baissière. Nestlé progresse de 1,7% à 3390 et Swatch Group de 0,5% à 1750. A noter également que Swisscom se reprend peu avant la clôture et arrache une légère hausse de 0,4% à 385.50. De son côté, Syngenta, qui avait été affecté par la publication de ses résultats la veille, se replie encore de plus de 2% à 85. Le groupe annonce la vente de ses fongicides à la société danoise Cheminova pour un montant de 15 millions de dollars (25,3 millions de francs). Il s'agit du dernier désinvestissement important requis par la Commission européenne dans le cadre de la fusion entre Novartis et Astra Zeneca qui a donné naissance à Syngenta. La société souhaite réduire son portefeuille de produits afin de se concentrer sur les activités bénéficiant de marges élevées. Eu égard à sa position de leader sur le marché mondial de l'agrochimie, Syngenta n'a pas de projet d'acquisitions pour le moment, mais reste ouvert à d'éventuelles opportunités stratégiques. Aux pharmaceutiques, Roche baisse de plus de 2% à 12 330, après avoir inscrit un point bas de 12 120 en cours de séance. Il semble que les investisseurs aient décidé de jeter l'éponge après des mois de faux espoirs de reprise du titre. Toutefois, Roche dispose d'un trésor de guerre très important et ce facteur pourrait attirer de nouveau les acheteurs à terme.

Retrait de Kuoni

Parmi les valeurs secondaires, Kuoni se replie de près de 4% à 718. Le voyagiste annonce que son bénéfice net a augmenté de 32% à 115,1 millions de francs au cours de l'exercice 2000. Ce résultat est inférieur aux attentes des analystes qui s'établissaient en moyenne à 120 millions de francs. Il reflète une performance modeste des activités du groupe en Europe (qui n'inclut pas la Suisse et la Grande-Bretagne). Les ventes ont progressé de 17% à 4,1 milliards de francs. Kuoni se montre optimiste pour 2001, après un début d'année encourageant. Toutefois, il lui est difficile d'apprécier le marché dans son ensemble car la plupart des réservations sont faites au second semestre.