Conjoncture

Rebond surprise, mais fragile, de l’économie

La croissance a progressé mieux que prévu au troisième trimestre. Mais la performance est essentiellement portée par la pharma, peu sensible à la conjoncture. L’industrie lourde, elle, tourne toujours au ralenti

La nouvelle a surpris, tant l’ambiance était devenue pesante: la croissance helvétique a rebondi au troisième trimestre. Le produit intérieur brut (PIB) de la Suisse a progressé entre juillet et fin septembre de 0,4%, contre 0,3% trois mois plus tôt, selon les données publiées jeudi par le Secrétariat d’Etat à l’économie (Seco). Comparé à la même période de l’an dernier, la hausse est de 1,1%. Tandis que les analystes sondés par l’agence financière AWP anticipaient une progression du PIB entre 0,0 et 0,2% en variation trimestrielle et entre 0,6 et 1% en comparaison annuelle.

«Ces chiffres sont à relativiser», nuance d’emblée Maxime Botteron, économiste chez Credit Suisse. La performance économique est essentiellement due au secteur énergétique, qui a enregistré la plus forte croissance de son histoire (+8,2%), écrit le Seco. Cela grâce à des conditions météorologiques particulièrement favorables pour les centrales hydroélectriques, ce qui s’est traduit par de vigoureuses exportations d’électricité, poursuivent les experts de la Confédération.