Barry Callebaut a annoncé jeudi avoir réalisé sur l’exercice 2008/2009 – clôturée le 31 août – un bénéfice net en hausse de 10,4% à 226,9 millions de francs suisses, un résultat légèrement supérieur aux attentes.

Malgré le renforcement du franc, les ventes ont progressé de 1,3% à 4,88 milliards de francs suisses, a précisé le numéro un mondial du chocolat industriel dans un communiqué. En monnaies locales, la progression du chiffre d’affaires a atteint 8,5%, tandis que le volume des ventes a crû de 4,1%, et ce malgré le recul de la consommation mondiale de chocolat.

Au total, le résultat est supérieur aux prévisions des analystes interrogés par Dow Jones qui tablaient sur un bénéfice net à 225 millions de francs et un chiffre d’affaires à 4,87 milliards de francs suisses.

Quant au résultat d’exploitation (EBIT), il a également gagné 2,8% à 350,8 millions de francs suisses, soutenu par des programmes d’économies, toujours selon le communiqué. En monnaies locales, l’accroissement a été de 9,5%.

Globalement, le groupe attribue ce résultat à «son expansion précoce dans des marchés émergents et des marchés à forte croissance, à la mise en œuvre de contrats de sous-traitance et à des gains de parts de marché». Par ailleurs, «après avoir atteint un creux en hiver 2008, la croissance (de la consommation de chocolat, ndlr) est repartie et a repris de l’élan pendant le second semestre de l’exercice», indique le directeur général Juergen Steinemann, cité dans le communiqué.

Pour l’avenir, le fabricant de produits à base de cacao s’attend malgré tout à ce que l’environnement économique reste «exigeant et volatil». Il compte toutefois faire mieux que le marché mondial du chocolat – sur la base des monnaies locales – et vise pour la période 2009/2010 à 2011/2012 un croissance moyenne du volume de 6 à 8% par année et une croissance moyenne de l’EBIT au moins en phase avec celle du volume.