Ces prévisions ont été dévoilées par le gouverneur de la Banque centrale John Hurley, lors de la présentation du rapport annuel de son institution, et devraient figurer dans son prochain bulletin trimestriel de conjoncture, attendu ce mois-ci. Elles sont encore plus pessimistes que les projections du gouvernement, qui table officiellement sur une baisse du PIB de 7,7% cette année, et de 2,9% en 2010.

Le produit intérieur brut (PIB) irlandais s’est déjà contracté de 2,3% en 2008, ce qui constitue la première récession en année pleine depuis 1983, et la plus grave jamais enregistrée par les statistiques officielles.

Déflation

En 2010, «la contraction devrait être autour de 3% sur l’ensemble de l’année, avec un redressement graduel qui devrait apparaître en cours d’année, mais ne devrait pas s’affermir avant 2011», a déclaré M. Hurley lors d’une conférence de presse.

Dans ce contexte, «le taux de chômage devrait atteindre autour de 13% en moyenne cette année, et 15% en 2010», et sa courbe ne s’inversera que lorsque la reprise se sera établie, a-t-il prévenu.

La phase de déflation entamée en janvier en Irlande est elle aussi appelée à se poursuivre, à en croire la banque centrale. Le gouverneur a dit tabler sur une chute de 4% des prix à la consommation cette année, avant une stabilisation attendue l’an prochain.