Il y a une dizaine d’années, la fin du secret bancaire a poussé beaucoup d’acteurs de la place financière genevoise à envisager de se diversifier dans la gestion d’actifs. Depuis, plusieurs grandes banques ont développé cette activité avec succès, tandis que des boutiques spécialisées ont fait leur apparition sur ce créneau. Or, Genève accueille depuis soixante ans un discret géant de l’asset management, l’américain Capital Group, venu sur les bords du Léman pour étendre ses activités hors des Etats-Unis. Un poids lourd mondial qui ne pratique que la gestion active et avec un fonctionnement assez particulier.