Les banques centrales ne veulent plus de placements dormants pour leurs réserves de change. Exit donc l'or, dont la part a fondu de 60% des réserves mondiales en 1980 à 9% aujourd'hui. Place aux investissements en titres (70% des avoirs hors or), essentiellement des obligations, et en dépôts bancaires (30,1%).

Fort de taux d'intérêt attractifs, d'un redressement de sa valeur extérieure et d'un marché à la domination écrasante, le dollar représente à nouveau 66% des réserves mondiales contre moins de 50% à la fin des années 80. L'euro ne décolle pas, avec une part de 25%, comparable au milieu des années 90. Le yen s'est effacé pour les mêmes raisons que le franc, face à la livre sterling (4%).