Au cour du dernier mois de 2009, 558 sociétés étaient en cessation de paiement, a annoncé mercredi l’agence de notation et de renseignements économiques Dun & Bradstreet. Au regard du même mois de 2008, le nombre de faillites s’est envolé en décembre de 53,7%, la deuxième plus forte hausse de l’année après les 69,7% affichés en juin.

L’agence zurichoise explique le niveau record de décembre du fait que de nombreuses sociétés, dont les commandes se sont effondrées à fin 2008, ont entre-temps épuisé leur substance financière. Par ailleurs, la pression de créanciers sur leurs débiteurs a tendance à s’accentuer en fin d’année, les premiers espérant encore recevoir quelque argent.

De plus, de nombreuses firmes ayant affiché des pertes ou de mauvais résultats à l’issue du premier semestre ont rencontré des difficultés à obtenir des crédits bancaires. N’étant plus en mesure de surmonter cette passe financière difficile, elles ont dû se résoudre à entreprendre une procédure de faillite.

De manière générale, les entreprises helvétiques ont subi de plein fouet la récession mondiale l’an passé. Alors qu’en première partie d’année les faillites ont plutôt concerné des firmes exportatrices ou du secteur financier, elles ont principalement touché des sociétés actives sur le marché intérieur durant le second semestre.

Selon les cantons, Zurich, poumon économique de la Suisse, a enregistré le plus grand nombre de faillites l’an passé, 850 entreprises y ayant déposé le bilan, soit 29,2% de plus qu’en 2008. Les plus fortes augmentations des cessations de paiements ont été observées en Appenzell Rhodes extérieures (+150%), à Uri (125%) et Glaris (100%).

Le phénomène s’explique notamment par le fait que bon nombre d’entreprises de ces cantons sont actives dans le secteur financier ou orientées vers l’exportation. Toutefois, le nombre de faillites en chiffres absolus y demeure faible, reflétant la petite tailles de ces régions. Lucerne s’est aussi distingué comme le seul canton a présenter un recul (-12,9%).

A l’exception du Valais (+33,9%) et de Fribourg (+38,3%), les cantons romands ont affiché une augmentation du nombre de faillites d’entreprises inférieure à la moyenne suisse. A Neuchâtel, les défauts de paiement ont progressé de 25,9% à 107, de 23,6% à 471 dans le canton de Vaud, de 19,3% à 415 à Genève et de 5,4% à 39 dans le Jura.

Année de récession, 2009 a vu parallèlement se créer pas moins de 35’380 nouvelles sociétés en suisse, soit à peine 4,3% de moins qu’en 2008. Le potentiel en termes de création d’entreprises est ainsi demeuré intact l’an passé, selon Dun & Bradstreet. Dans des périodes difficiles ou dans le cas d’une perte d’emploi, le pas vers l’indépendance peut aussi constituer une alternative intéressante.