Embauche 

Recruteurs, misez sur la destinée de vos candidats, pas sur leur histoire!

OPINION. Beaucoup de postes restent non pourvus par manque d’aptitude des recruteurs et des candidats à valoriser le potentiel plutôt que les accomplissements

Pour faire face à la pénurie de talents, les organisations repensent leur philosophie de recrutement et adaptent leurs critères de sélection: elles se concentrent désormais davantage sur le futur des candidats que sur leur passé. Nous ne pouvons que nous en réjouir!

En effet, quels sont les bénéfices, si ce n’est le moindre effort (de formation et de coaching) et la rentabilité immédiate que d’engager un candidat «plug & play» qui a déjà tenu la fonction (et de préférence dans la même industrie!) pour laquelle nous recrutons?

En procédant ainsi, nous nous rassurons, mais prenons aussi le risque qu’il se lasse très vite, soit frustré et aspire à passer à autre chose de mieux ou, pire, qu’il se désengage et exprime ses talents ailleurs, notamment dans ses hobbies.

Déclencher un cercle vertueux

Parier sur le potentiel d’un nouvel embauché nous demande de l’audace, du courage et de la persévérance pour convaincre l’ensemble des parties prenantes dans un processus de sélection. Mais quelle satisfaction en retour!

Nous déclenchons alors un cercle vertueux. En faisant confiance, en incitant le candidat à se projeter dans le futur, nous lui offrons l’opportunité de donner le meilleur de lui-même, de révéler des savoir-faire et savoir-être jusque-là inutilisés: nous le découvrons ensuite impliqué, motivé, responsable, créatif, innovant, son énergie positive influençant également ses pairs.

Lire aussi l'interview: Chantal Gaemperle, la Vaudoise de LVMH: «La diplomatie suisse est une grande école»

Selon le magazine américain Fast Company, se concentrer sur les possibilités des candidats est une tendance en 2019. Les entreprises les plus avancées ne veulent pas passer à côté de jeunes talentueux qui ont choisi de ne pas s’engager dans les filières traditionnelles de formation et arrivent sur le marché du travail sans diplôme. En analysant leur trajectoire de vie, elles s’attachent à détecter leur potentiel puis à développer leurs capacités en les exposant rapidement à des métiers différents et en les engageant dans des programmes de formation spécifiques.

Etre imaginatif et sortir de sa zone confort

L’état d’esprit et la stratégie que nous recommandons aux recruteurs d’adopter sont aussi valables pour les candidats! En entretien, au lieu de se présenter en racontant à l’infini tout ce que nous avons accompli et d’assommer notre interlocuteur, changeons d’optique! Envisageons tout ce dont nous sommes capables et rêvons de faire. 

Bien sûr, cela nous demande un peu plus de travail personnel et de courage, celui de sortir de notre zone de confort et de lâcher prise (sur le réseau social professionnel LinkedIn, par exemple, cessons de nous accrocher à notre passé avec des titres du type ex-directeur!). Soyons imaginatifs et exhaustifs! Faisons un bilan de nos compétences acquises, réfléchissons au moyen de les transférer à de nouveaux contextes, inventorions tous nos talents non exploités, nos passions mises de côté et écoutons le feedback de ceux qui voient clair sur nos aptitudes.

Nous contribuons alors à faire évoluer l’entretien vers une conversation qui nous permet d’identifier les besoins de l’employeur ou du marché et la façon dont nous pouvons y répondre. Nous créons ainsi, ensemble, un futur commun tenant compte des forces et faiblesses de chacun.

Lire aussi: Googliser les candidats à l’embauche? Illégal pour certains!


Notre précédente chronique sur le monde du travail: Devenir mère, un atout professionnel

Publicité