L’industrie suisse des machines, des équipements électriques et des métaux (MEM) a stagné au trimestre 2014. Les entrées de commandes n’ont pratiquement pas bougé par rapport au niveau de l’an dernier (+ 0,3%) et le chiffre d’affaires a fléchi de 4,2%.

«Alors qu’il y a un an encore la forte reprise de la demande laissait poindre l’espoir de vivre une tendance à la hausse durable, ce dernier a fait place à des attentes plus modérées au 3e trimestre», a indiqué mardi Swissmem dans un communiqué. Les taux de croissance à deux chiffres pour les commandes de l’étranger enregistrées au 1er semestre ont basculé négativement à 3,6% de juillet à septembre.

Ce n’est que grâce aux commandes étrangères supplémentaires (+14,5%), contribuant à presque un quart du volume commercial des entreprises de l’industrie MEM, que le niveau des commandes a pu être maintenu au 3e trimestre à + 0,3%.

Le chiffre d’affaires a subi également «le refroidissement du dynamisme commercial». Les ventes en recul de 4,2% ont été victimes d’un effet de base, car le taux de chiffre d’affaires était encore élevé au trimestre comparable de 2013.

Sur neuf mois, le taux de croissance n’est que de 1,4%. Cette évolution va de pair avec la progression du volume d’exportations dans l’industrie MEM qui se montait à 48,7 milliards de francs sur l’ensemble des trois trimestres et qui a donc dépassé de 0,7% le niveau de l’année précédente.

Au niveau des débouchés principaux, les Etats-Unis (+3,1%) et la Chine (+8,7%) se sont distingués par un dynamisme marqué au cours des neuf premiers mois. En Asie, avec une progression de 5,7%, l’économie a nettement mieux évolué que dans l’Union européenne, où les exportations ont reculé de 0,3%.

Nette diminution vers l’Ukraine

Le développement conjoncturel reste faible dans des pays comme l’Allemagne (0,9%) et la France (0,6%). Les tensions politiques en Europe de l’Est ont provoqué une nette diminution des exportations à destination de la Russie (-6,7%) et de l’Ukraine (-32,3%).

La situation géopolitique et conjoncturelle a surtout affecté l’électrotechnique/électronique (-4%) et les instruments de précision (-0,8%). En revanche, les branches secondaires de la métallurgie et de la construction de machines ont affiché une légère progression de 2,8%.

Compte tenu de la faible évolution conjoncturelle dans les principaux débouchés européens, les entreprises ne s’attendent pour le moment pas à une amélioration rapide du climat commercial. «Le grand optimisme» du début d’année s’est pratiquement volatilisé, précise la faîtière.

Dans un sondage réalisé au premier trimestre 2014, 50% des entreprises tablaient sur une hausse des entrées des commandes pour l’ensemble de l’année. Depuis, seulement 36,5% des personnes interrogées pensent que la situation va s’améliorer dans les douze mois à venir. Le nombre de personnes interrogées estimant qu’il faudra s’attendre à une réduction des commandes a augmenté de 9%.

Les entreprises du secteur tablent sur «des impulsions de croissance» en Amérique du Nord et en Asie. Elles sont plus réservées pour l’Europe.

Swissmem a également averti que les initiatives «Ecopop» et sur l’or étaient «nuisibles», car elles «affaibliraient considérablement la capacité innovatrice et la force économique de la Suisse».