«Annus horribilis.» L’expression est évidemment tentante. Les milieux touristiques n’hésitent pas à y recourir pour décrire les affres dans lesquelles leur branche a été plongée durant une année bouleversée par la pandémie de covid.

Retour en 1950

Pour cette branche dont la valeur ajoutée brute était estimée à 19 milliards de francs en 2019, la facture publiée vendredi par l’Office fédéral de la statistique (OFS) est salée: les nuitées hôtelières ont plongé de 40% sur l’année pour s’arrêter à 23,7 millions d’unités.