Étude

Le recul de la lutte anti-corruption en Chine profitera aux horlogers

Le rapport annuel de Deloitte souligne que le ralentissement de la lutte contre la corruption en Chine permet un regain d’optimisme de la part de l’industrie. Il pointe en outre l’intérêt toujours croissant des horlogers pour le numérique

Retour de l’optimisme. Selon l’étude annuelle de Deloitte sur l’industrie de la montre, parue mercredi, une petite majorité des 60 cadres supérieurs de l’industrie interrogés retrouvent le sourire. Si, en 2016, seuls 2% des participants se disaient «optimistes» pour l’année à venir, ils sont 51% cette année.

Lire aussi: L’industrie horlogère souffre de surinvestissements (27.09.2016)

Une «forte croissance» est notamment attendue en Chine par 71% des cadres, contre 34% l’an dernier. Selon les prévisions, les ventes devraient y croître de 6 à 8% en 2017. En cause notamment: le ralentissement de la lutte contre la corruption.

«L’un des principaux facteurs qui a stimulé la consommation de produits de luxe, dont des montres haut de gamme, est la baisse du nombre de poursuites en justice liées à des affaires de corruption en Chine», écrit ainsi Deloitte. Le cabinet affirme qu’en 2016 les tribunaux chinois ont poursuivi pour corruption 20% de fonctionnaires en moins qu’en 2015. «Pour la première fois depuis cinq ans, le nombre de fonctionnaires ayant comparu devant des tribunaux chinois a diminué.» Il s’agit pour Deloitte d’un «tournant décisif dans la campagne dans la lutte contre la corruption».

Nouveaux partenariats

Autre point fort du rapport: le numérique. Qu’il s’agisse de l’avenir des points de vente, de la stratégie marketing ou des montres connectées, l’Internet au sens large suscite toujours davantage l’intérêt des horlogers. Un exemple: 67% des sondés prévoient de miser sur les e-boutiques dans les douze prochains mois, un niveau qui, pour la première fois, dépasse de loin les autres canaux comme les boutiques ou les revendeurs agréés traditionnels.

«Les marques telles que TAG Heuer ou Panerai ont lancé cette année leurs premières montres disponibles exclusivement en ligne. D’autres marques de montres de luxe ont également développé des partenariats avec des blogs pour des éditions limitées», relève ainsi Jules Boudrand, l’un des coauteurs de l’étude.

Lire aussi: «Hodinkee est bien plus qu’un simple blog horloger» (21.06.2017)

Il fait notamment allusion aux différentes marques (Vacheron Constantin, Ressence, Nomos, Zenith…) ayant vendu des pièces par l’intermédiaire du site américain Hodinkee. Au-delà des seules ventes, l’étude affirme également que la connectivité croissante des clients dope l’influence du numérique sur les achats hors ligne.

Vers des progrès en Suisse

Les ventes en Suisse – méconnues, puisqu’elles ne figurent évidemment pas dans les chiffres de l’administration des douanes, mais estimées par Deloitte à 5% du total des exportations – devraient également progresser. Près de deux tiers des sondés (62%) s’attendent ainsi à une progression, contre 21% en 2016.


Lire aussi: Genève possède davantage de boutiques horlogères que Zürich (29.03.2017)

Consulter l’étude complète de Deloitte

Publicité