100 millions de francs pour réduire l’empreinte carbonique humaine. Cette année, Climeworks accélère sensiblement la cadence de son développement. Après avoir annoncé il y a une semaine la construction d’une nouvelle installation sur son site islandais, la start-up zurichoise fait savoir ce mercredi qu’elle a levé 28 millions de francs supplémentaires. Ce montant s’ajoute aux 73 millions déjà rendus publics en juin.

L’apport d’argent frais vise à financer la croissance de la société connue pour sa technologie de récupération du CO2. En Islande, tout d’abord où celle-ci ambitionne de filtrer chaque année 4000 tonnes de dioxyde de carbone, huit fois plus qu’aujourd’hui. Pour atteindre cet objectif, la société qui déploie une solution de récupération du gaz carbonique dans l’atmosphère s’associe à ses deux partenaires islandais ON Power et Carbfix. Spécialiste de la géothermie, le premier va produire le courant propre nécessaire; le second va mettre à disposition son savoir-faire pour stocker le CO2 dans le sous-sol de l’île volcanique et assurer sa minéralisation.

Lire aussi: Climeworks, la société qui fait disparaître le CO2