Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire

Comment réduire ses impôts à la retraite?

Fiscalité Rente ou capital, changement de domicile ou non, sont deux décisions clés.

Rente ou versement en capital? Le versement d'une rente entraîne généralement un impôt sur le revenu plus élevé du fait que cette rente est imposable à 100% au niveau du revenu. La retraite s'accompagne souvent par le versement en capital de prestations. Si toutes ces prestations sont retirées dans la même année, elles s'additionnent pour déterminer le taux d'imposition sur le versement en capital prévoyance. Comme ce taux est progressif, il est conseillé d'échelonner le versement de ces capitaux sur plusieurs années fiscales. Exemple: à leur retraite, chacun des conjoints d'un couple domicilié à Genève retire 400000 francs en capital de son 2e pilier et 100000 francs du 3e pilier a. Si les deux époux prennent leur retraite au cours de la même année et qu'ils retirent leur 3e pilier a cette période-là également, c'est une somme de 1000000 de francs qui est soumise à l'impôt sur le versement en capital, soit une facture totale de 91400 francs. Si, au contraire, ce couple échelonne le retrait de ces prestations sur quatre périodes fiscales, le fisc n'exige alors que 77400 francs. 14000 francs sont économisés grâce à une planification réfléchie!

Changer de domicile: le taux d'imposition auquel est soumis un versement en capital retraite varie d'un canton (voire d'une commune) à l'autre. Il peut donc s'agir là d'un important facteur d'optimisation fiscale. Exemple: une personne mariée part à la retraite à l'âge de 65 ans et retire 600000 francs en capital de prévoyance. Domicilié à Lausanne, ce contribuable s'acquittera d'un impôt de 73400 francs, alors que la facture n'atteindrait que 52700 francs à Genève. L'impôt sur le revenu et la fortune varie lui aussi sensiblement selon les cantons et les communes.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)