Opinion

La réforme fiscale oublie les pays en développement

Selon la réforme proposée par l’OCDE, les impôts dépendraient seulement des revenus des ventes des entreprises. Les pays en développement y perdraient, affirme Jayati Ghosh, professeure à l’université Nehru à New Delhi

Alors que l’année touche à sa fin, la plupart des gouvernements doivent se rendre à l’évidence: leurs rentrées fiscales sont nettement inférieures aux prévisions. Et c’est dans les pays en développement que la situation est le plus inquiétante. En Afrique par exemple, les recettes fiscales représentent 18,2% du PIB, contre 40% pour une économie avancée typique.

Lire aussi: Le leurre des pays en développement