Assurance

La réforme Prévoyance 2020 n’aura pas d’effet pour Swiss Life

Le marché classique des caisses de pension n’est plus attractif pour les assureurs vie. Au premier semestre, Swiss Life annonce une baisse de 12% dans ce segment, soit le double de la baisse du marché

Patrick Frost, patron de Swiss Life, guéri d’un cancer qui l’a tenu éloigné de l’entreprise depuis cinq mois, a lui-même présenté les résultats semestriels de l’assureur vie à la presse, mercredi, lors d’une conférence téléphonique. Le directeur général, «heureux d’être de retour», a déclaré que la réforme Prévoyance vieillesse 2020 – que le peuple vote oui ou non le 24 septembre prochain – n’aura pas d’effet significatif sur ses affaires. «La réforme comporte certains avantages en termes de stabilisation du système, mais elle comporte aussi des inconvénients», a-t-il indiqué.

A lire aussi: Les jeunes ont besoin d’une redistribution plus équitable

Patrick Frost s’est félicité des comptes semestriels. Identique aux attentes des investisseurs, la hausse de 5% du bénéfice net, à 524 millions de francs, a tout de même provoqué une baisse de l’action de 1% sur un marché en hausse. Les analystes l’expliquent par des prises de bénéfice après une hausse du titre de 47% sur un an.

Contraction dans l’assurance complète

Swiss Life publie une contraction sur le marché des caisses de pension. Les recettes de primes du groupe diminuent en effet de 12% au premier semestre dans l’assurance vie collective suisse. La baisse correspond exactement au double de celle du marché, selon Thomas Buess, directeur financier.

La baisse dans les primes uniques est de 23%, alors que les primes périodiques sont stables. La direction l’explique par sa politique de souscription «sélective» dans l’assurance complète. Cette dernière prévoit la garantie à 100% à tout moment des prestations des assurés. Une sous-couverture est donc impossible. C’est une solution souvent recherchée par les PME. Les assureurs vie privilégient le marché des solutions semi-autonomes. Il s’agit pour l’entreprise de transférer les risques décès et invalidité à une société d’assurance, mais d’assumer le risque de placement par le biais de la fondation semi-autonome.

A lire aussi: Le meilleur spécialiste suisse de l’inflation n’attend pas de normalisation des taux d’intérêt

Les principaux concurrents de Swiss Life partagent cette stratégie. Axa Winterthur a publié, le 3 août dernier, un recul des recettes de primes collectives de 5,2%, à 4,9 milliards de francs. Dans les nouvelles affaires, Axa Winterthur a enregistré une baisse de 11,8% dans l’assurance complète et une hausse de 12% sur le marché semi-autonome.

Augmentation des investissements immobiliers

La stratégie de Swiss Life privilégie les affaires de frais et commissions, en vertu de sa stratégie pour 2018. Les recettes augmentent de 6% dans ce domaine et le résultat de 16%, à 222 millions. Swiss Life Asset Managers gère 54 milliards de francs pour les clients tiers, sur un patrimoine total de 210 milliards de francs (+3%).

Au sein des placements, Swiss Life a notamment accru la part de l’immobilier à 17,2% (16,4% à fin décembre). «Les nouveaux investissements immobiliers atteignent 1,1 milliard de francs», a précisé Patrick Frost.

Publicité