Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
La rivière Tapajos, tributaire de l’Amazone, dans l’Etat brésilien du Para./REUTERS/Nacho Doce
© NACHO DOCE

Brésil

Rejet d’un projet pétrolier de Total à l’embouchure de l’Amazone

Le groupe pétrolier français ne pourra pas exploiter le pétrole et le gaz de l’embouchure du fleuve Amazone. L’Institut brésilien pour l’environnement bloque le début des travaux

L’Institut brésilien pour l’environnement (Ibama) a rejeté mardi le projet du groupe Total, qui souhaitait exploiter le pétrole et le gaz à l’embouchure du fleuve Amazone, mais l’Ibama a considéré les études d’impact environnemental «insuffisantes». Le projet d’exploration du groupe pétrolier français «présente des lacunes et des incohérences qui empêchent son acceptation», ne permettant pas, pour l’Ibama, «la poursuite du processus actuel de Total».

En compagnie d’autres sociétés – comme le britannique BP et le brésilien Queiroz Galvao –, Total a acquis des zones d’exploration à l’embouchure de l’Amazone mais n’a donc pour le moment pas obtenu la permission des autorités, nécessaire pour commencer les travaux.

Le récif corallien de l’Amazone sauvé

En 2017, l’institut avait déjà fait de nombreuses observations concernant l’étude d’impact environnemental menée par Total, en particulier sur la potentielle dispersion de polluants dans la zone d’exploration. «L’embouchure de l’Amazone possède un vaste récif corallien, fondamental pour l’équilibre environnemental car c’est un lieu de reproduction, une source de nourriture et le berceau de diverses espèces marines», avait averti il y a deux semaines le procureur d’un Etat fédéral, opposé à toute nouvelle licence d’exploration avant d’être complètement fixé sur l’impact que l’exploitation du pétrole brut peut avoir sur le lieu.

Lire aussi: Total s’implante davantage au Brésil, via Petrobras

L’ONG Greenpeace, qui mène des expéditions scientifiques dans la région, avait affirmé en avril que le récif corallien du fleuve Amazone, découvert en 2016, était plus grand que ce que l’on pensait et s’étendait dans des concessions où Total veut chercher du pétrole.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)