L’économie, en Suisse et dans le monde, sera mise à l’épreuve sur tous les fronts au cours de cette année: emploi, industrie, finance, régulation et climat. Des défis herculéens, au vu des risques conjoncturels et politiques qui se profilent. La rubrique économique du «Temps» en a identifié douze, pour lesquels elle se risque au jeu des pronostics.

«Innover et investir», «repivoter» la politique budgétaire, «assouplir le verrou budgétaire», «faire les efforts nécessaires». En 2019, Berlin et sa stricte politique budgétaire ont été la cible d’un tir de barrage des dirigeants européens et internationaux. Ces injonctions seront-elles entendues en 2020?

En cause, la croissance atone en zone euro. En novembre, la Commission européenne a revu à la baisse ses prévisions de croissance pour 2019 et 2020, respectivement à 1,1% et 1,2%, citant au passage une «période de grande incertitude liée aux conflits commerciaux, à l’accentuation des tensions géopolitiques, à la faiblesse persistante du secteur manufacturier et au Brexit». Echappant de peu à la récession en 2019, l’économie allemande est elle-même sous pression.