Relocalisation en Terre promise

Un nombre grandissant de gros contribuables genevois juifs quittent la Suisse pour se relocaliser en Terre promise afin d’échapper à une fiscalité cantonale et à un impôt sur la fortune jugés «excessifs».

IsraelValley, de la Chambre de commerce France-Israël, cite le chiffre de 84 localisations depuis 2011 en ce qui concerne les Suisses.

Mais le phénomène est beaucoup plus étendu.

Depuis 2011-2012, plusieurs milliers de Français et de Belges ont ainsi profité de la «loi du retour» permettant à tout Juif d’effectuer son alya («montée») vers Israël et d’y bénéficier automatiquement de la nationalité israélienne.

L’installation d’une partie de ces olim hadachim («nouveaux immigrants») est pourtant fictive puisqu’ils continuent à travailler dans leur pays d’origine, comme nous l’ont montré plusieurs exemples.

En revanche, leurs avoirs transférés en Israël seront exemptés de taxes durant dix ans.