Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Patrick Odier: «Je suis convaincu que, au-delà de sa robustesse financière, la responsabilité sociale d’une entreprise et la durabilité de son modèle d’affaires sont de puissants moteurs de performance économique sur le long terme.»
© ARND WIEGMANN / Reuters

Un œil sur la place financière 

Remettre l’entreprise au centre de la société

CHRONIQUE. Le développement durable est l’une des opportunités les plus intéressantes qui soient. Car la responsabilité sociale d’une entreprise et la durabilité de son modèle d’affaires sont de puissants moteurs de performance économique sur le long terme

Le terme RSE (responsabilité sociale de l’entreprise) a vu le jour il y a plus de soixante-cinq ans. Pendant longtemps, les entreprises ont regardé la RSE comme un enjeu d’image et de réputation. Ou, au mieux, comme une question d’efficacité opérationnelle. Pourtant, la RSE considérée dans son sens le plus abouti pose une question beaucoup plus fondamentale pour les entreprises: celle de leur rôle dans la société, de leur véritable raison d’être.

Depuis les travaux de Friedman, cette question trouvait auprès des économistes une réponse simple – et souvent réductrice: le rôle de l’entreprise consiste à faire des profits. Il était d’ailleurs entendu qu’il ne fallait surtout pas qu’elle se mêle d’intérêt public, au risque de se disperser. Une entreprise se devait de se focaliser sur ses seuls résultats économiques, et de laisser aux gouvernements et aux ONG la défense de l’intérêt général.

Le contexte a évolué depuis lors. Sous la pression de la société civile, des consommateurs et souvent même des collaborateurs, les entreprises sont incitées à mieux définir – et à mieux incarner – le rôle fondamental qu’elles entendent jouer dans la société. L’arrivée de la génération des millennials, particulièrement sensible à ces questions, ne fait que renforcer ce mouvement.

Les signaux de Wall Street

Les investisseurs eux-mêmes participent désormais de la même démarche. Larry Fink, le directeur de BlackRock, le plus important gérant d’actifs de la planète avec plus de 5000 milliards de dollars d’actifs sous gestion, a prévenu les dirigeants des plus grandes entreprises mondiales en début d’année qu’il fallait dorénavant qu’elles démontrent leur contribution positive à la société, au risque de ne plus compter BlackRock parmi leurs investisseurs. Une détonation venue du cœur même de Wall Street, et un signal très fort que la perception du rôle des entreprises a profondément évolué ces dernières années, mais aussi que l’intérêt bien compris des acteurs financiers est de suivre ces traces. Une convergence d’intérêts qui fait ainsi du développement durable l’une des plus intéressantes opportunités qui soient.

L’époque où la responsabilité sociale d’une entreprise se résumait à produire un rapport annuel est révolue

Le gouvernement français, quant à lui, réfléchit à la modification du Code civil rédigé sous Napoléon, qui donne la primauté aux seuls actionnaires: «toute société doit […] être constituée dans l’intérêt commun des associés». Cette formulation pourrait bientôt être revue pour intégrer plus directement les enjeux environnementaux et sociaux, élargissant ainsi considérablement le nombre des parties prenantes légitimes de l’entreprise.

Cette évolution n’est pas anodine. Elle permet de remettre l’entreprise au service de la société, en remplaçant une logique centrée sur le seul actionnariat par une démarche beaucoup plus large, de «valeur partagée» – pour reprendre le terme cher à Michael Porter. Une approche qui intègre les intérêts de tout l’écosystème de l’entreprise sur le long terme: actionnaires, clients, collaborateurs, sous-traitants, partenaires, communautés, société civile et environnement.

Cette révolution philosophique s’accompagne d’une redéfinition de la démarche RSE. L’époque où la RSE se résumait à produire un rapport annuel, décrivant les activités mises en place par l’entreprise, la plupart du temps de manière assez périphérique à son cœur de métier, est révolue. La RSE 2.0 est arrivée. Elle s’attache désormais à transformer en profondeur l’entreprise dans toutes ses dimensions, en se basant sur sa mission. Le rôle de la RSE est de s’assurer que cette mission imprègne de manière cohérente à la fois les pratiques de l’entreprise et son cœur de métier.

Et dans le secteur financier?

Dans le cas des entreprises du secteur financier et pour celles de la place genevoise en particulier, la définition de la mission est relativement aisée: le rôle fondamental et l’utilité sociale première des investisseurs consistent à allouer le capital de la manière la plus efficace et la plus utile possible. C’est un rôle essentiel, car il détermine quels modèles économiques seront à même de prospérer, et quels sont ceux qui, faute de capitaux suffisants, seront voués à décliner.

C’est précisément la raison pour laquelle les gérants d’actifs et de patrimoine se doivent d’allouer le capital de leurs clients de manière durable et responsable. Ce faisant, ils n’exercent pas seulement leur mission et leur RSE, ils préservent également les intérêts de leurs clients et contribuent à faire émerger des modèles économiques plus efficaces, plus performants et plus durables, qui préfigurent le monde de demain.

Je suis convaincu que, au-delà de sa robustesse financière, la responsabilité sociale d’une entreprise et la durabilité de son modèle d’affaires sont de puissants moteurs de performance économique sur le long terme. L’excellence en matière de RSE est en effet souvent récompensée par une fidélité supérieure des consommateurs, une plus grande attractivité auprès de futurs talents ainsi qu’une amélioration de l’efficacité opérationnelle. Autant d’éléments qui peuvent jouer un rôle favorable sur la rentabilité à long terme d’un investissement.

Un exemple de leadership international à saisir

Il faut, enfin, pratiquer ce que l’on prêche. La RSE des gérants d’actifs ne saurait se restreindre à leurs seuls processus d’investissement. Nous devons également l’appliquer à l’ensemble de nos pratiques d’entreprise. Même si la place genevoise n’a pas nécessairement à rougir de la comparaison internationale, elle peut encore faire mieux. La capacité de mobiliser les capitaux en faveur de la réalisation des Objectifs du développement durable (ODD) des Nations unies est un exemple de leadership international à saisir. L’installation prochaine du siège mondial du réseau FC4S (Financial Centres for Sustainability) est une autre illustration des atouts de Genève. Il s’agit d’une chance, mais aussi d’une responsabilité pour tous les acteurs de la place financière, que nous nous devons d’embrasser résolument.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)