Il se rêvait professeur d’économie ou banquier central. Renaud de Planta est le nouvel associé senior de Pictet, qu’il a rejoint en 1998. Après avoir créé et développé l’activité de gestion d’actifs, le Genevois explique pourquoi Pictet met à nouveau l’accent sur l’Asie-Pacifique et pourquoi cette stratégie n’est pas le fait de Boris Collardi, arrivé mi-2018 chez Pictet. Première interview à la presse romande.

Le Temps: Quels sont les grands projets de Pictet pour les prochaines années?

Renaud de Planta: Nous avons un important projet immobilier à Genève. Nous prévoyons de construire un îlot d’immeubles résidentiels et de bureaux autour d’un petit parc, juste à côté de notre siège. Il comprendra également une tour de 90 mètres soit 24 étages au maximum. L’ensemble de l’ouvrage devrait être terminé en 2025. Un concours d’architectes est actuellement en cours, le lauréat sera annoncé fin octobre. Quelques questions administratives doivent encore être réglées mais nous sommes très confiants quant à la concrétisation de ce projet, qui s’inscrit dans le cadre du développement du quartier Praille-Acacias-Vernets.