Renault a renoué avec les bénéfices en 2010 et a dévoilé dans la foulée un plan stratégique à l’horizon 2016, qu’il a lui même qualifié de «prudent», avec pour objectif premier de battre son record de ventes dans les deux ans.

Le groupe automobile français a enregistré l’année dernière un bénéfice net de 3,42 milliards d’euros, contre une perte nette de 3,12 milliards un an auparavant.Ce retour dans le vert a été favorisé par une plus-value exceptionnelle de 2 milliards d’euros liée à la vente en octobre d’une partie de sa participation dans le constructeur de camions suédois Volvo.

Renault, qui a vendu l’an dernier 2,6 millions de véhicules, a confirmé avoir réalisé un chiffre d’affaires en hausse de 15,6% à 38,9 milliards d’euros. «La situation de l’entreprise en 2011 est beaucoup plus robuste en matière de produits, de technologies, et de profits», a commenté ce matin le président directeur général Carlos Ghosn devant des journalistes au siège du groupe à Boulogne-Billancourt, près de Paris.

Plan moins ambitieux

Pour 2011, le groupe table sur «des volumes de ventes et un chiffre d’affaires supérieurs à 2010» et vise également un flux de trésorerie opérationnel dans l’automobile supérieur à 500 millions d’euros, malgré des frais de recherche et développement et des ’investissements représentant 9% du chiffre d’affaires.

Après ces «solides» résultats, Renault a dévoilé un plan stratégique à l’horizon 2016 prudent et moins ambitieux que le précédent - notamment en termes de volumes de ventes et de rentabilité - qu’il n’avait pas réussi à tenir en raison de l’éclatement de la crise financière.Le constructeur automobile, qui «vise une croissance soutenue», veut battre en 2013 son record de véhicules vendus, à 3 millions de voitures commercialisées, selon ce plan baptisé «Drive the change» (Conduire le changement).

Il table sur une marge opérationnelle de plus de 5% à cette date. Dans le plan précédent baptisé «contrat 2009», Renault prévoyait une marge opérationnelle située à 6% du chiffre d’affaires 2009 et un accroissement de ses ventes de 800 000 véhicules.