Un œil sur la place

Renforcer les banques centrales plutôt que les affaiblir

Il ne s’agit pas uniquement d’instituts d’émissions de billets de banque. Les banques centrales ont surtout pour mission de réguler les fluctuations conjoncturelles qui mettent en péril les fragiles équilibres économiques et sociaux.

Alors que, même les mesures extrêmes et non conventionnelles qu’elles ont mises en place depuis 2008 manquent d’efficacité, les banques centrales sont aujourd’hui sous pression. Remises en question par l’ingérence des politiques et les ambitions des GAFA en matière de cryptomonnaies, elles jouent pourtant un rôle essentiel dans la régulation des fragiles équilibres économiques. Plutôt que de les affaiblir, il est donc essentiel de les renforcer.

Des moyens extrêmes mais peu efficaces

Programmes massifs d’assouplissement quantitatif, taux d’intérêt négatifs dans plusieurs pays, on peut dire que depuis dix ans les grandes banques centrales n’ont pas lésiné sur les moyens pour injecter des liquidités dans le système et relancer la machine économique! Pourtant, malgré ces mesures de nature et d’ampleur exceptionnelles, il faut bien admettre que leur efficacité a été bien limitée. Malgré un robinet des liquidités resté grand ouvert pendant des années, la croissance reste modeste aux Etats-Unis, au Japon et en Europe. De fait, au lieu de «ruisseler» vers l’économie réelle par le biais du crédit aux entreprises et aux consommateurs, l’argent est resté bloqué au niveau des banques qui, freinées par les exigences accrues des régulateurs et échaudées par la crise de 2008, n’ont plus joué leur rôle traditionnel de multiplicateur de la monnaie.