Alors que rumeurs et fausses alertes se multiplient au sujet de la vente de Banca del Gottardo, l'établissement tessinois a publié lundi des chiffres démontrant qu'il a renoué avec la rentabilité au 1er semestre 2003. La filiale de gestion de fortune de l'assureur vie Swiss Life a dégagé un bénéfice net de 54 millions de francs. L'exercice 2002 s'était soldé par une perte nette de 160,5 millions de francs, mais la banque avait dégagé 40 millions de bénéfice sur les six premiers mois de 2002.

Les produits d'exploitation ont augmenté de 7% au 1er semestre, à 240 millions de francs, grâce à la solidité des revenus des intérêts, qui atteignent 75 millions, et des revenus issus des commissions et prestations de services. Le résultat des affaires de négoce se monte à 45 millions.

La banque basée à Lugano a aussi vu les avoirs des clients croître de un milliard de francs depuis fin 2002, à 37,8 milliards, malgré le deuxième bouclier fiscal italien décrété de janvier à septembre 2003. Il fait suite à la première amnistie italienne de 2002, qui avait permis à l'Italie de rapatrier plus de 60 milliards d'euros. Banca del Gottardo avait limité la sortie d'avoirs à 1,9 milliard, après avoir récupéré un milliard dans sa filiale italienne de Bergame. Depuis, la banque a renforcé sa présence italienne. Basée à Bergame et présente à Milan, Banca del Gottardo Italia a ouvert en juillet des bureaux à Turin, Gênes et Rome, et estime pouvoir récupérer 50% des avoirs rapatriés lors de l'amnistie actuelle.

Dans son communiqué, Banca del Gottardo souligne par ailleurs que les prêts à la clientèle atteignaient 4,4 milliards de francs au 30 juin, rappelant ainsi sa vocation de banque universelle, active dans les affaires commerciales et de crédit au Tessin aussi bien que dans la gestion de fortune.

L'établissement doit surtout son retour aux chiffres noirs aux mesures de réduction des coûts entamées il y a deux ans. Ce processus de rationalisation a permis de réduire les charges d'exploitation de 14%, ou de 20 millions, à 144 millions. Pour le restant de l'année, Banca del Gottardo se veut optimiste, tablant sur un bénéfice net supérieur aux 80 millions budgétés.

Objectif: réduire les coûts de 50 millions de francs

La rentabilité retrouvée de la banque tessinoise pourrait la rendre plus attrayante aux yeux des acquéreurs éventuels. Cela fait en effet douze mois que l'établissement figure sur la liste des cessions projetées par son propriétaire, Swiss Life. La valeur de Banca del Gottardo a entre-temps été corrigée à 1,4 milliard de francs dans le bilan 2002 de Swiss Life, contre les 2,4 milliards que l'assureur avait déboursés en 1999 pour la racheter à Sumitomo Bank. Pour ce faire, Swiss Life avait amorti 745 millions de goodwill (survaleur d'acquisition) dans ses comptes 2002. Le goodwill de la banque privée s'évalue désormais à 602 millions, auxquels il faut ajouter 830 millions de fonds propres pour aboutir à la valeur comptable actuelle de 1,4 milliard. «Malgré l'évolution favorable des affaires de Banca del Gottardo, on ne peut exclure de nouveaux amortissements de goodwill», estime toutefois l'analyste Volker Kudszus, dans une note publiée le 15 juillet par WestLB.

«Les 602 millions de goodwill actuels attribués à la banque risquent d'être corrigés à la baisse», estime aussi William Elderkin, analyste chez Citigroup Smith Barney, contacté à Londres. En effet, explique l'analyste, l'objectif de 80 millions de francs de bénéfice net dépend entièrement de la capacité de la banque à réduire de 50 millions de francs ses coûts cette année. Or, l'environnement reste difficile en termes de revenus, et les avoirs sous gestion de Banca del Gottardo sont inférieurs de 4,8 milliards de francs aux 42,6 milliards gérés à la fin de 2001. Sur la base d'un rendement des fonds propres de 10%, William Elderkin estime Banca del Gottardo entre 830 millions et un milliard de francs, ce qui implique que sa valeur comptable de 1,4 milliard serait encore trop élevée pour attirer d'éventuels acheteurs.