lait

La rentabilité d’Emmi a nettement progressé en 2016

Le numéro un des produits laitiers en Suisse a dégagé un bénéfice net en hausse de 16,7%. Les revenus sont toutefois légèrement à la baisse

Dans un contexte difficile, Emmi a vu progresser sa rentabilité en 2016, malgré des ventes décevantes. Le numéro un des produits laitiers en Suisse a dégagé un bénéfice net en hausse de 16,7% en comparaison annuelle à 140,3 millions de francs.

Conformément aux anticipations du groupe lucernois, la rentabilité s’est mieux portée que les ventes. Le résultat d’exploitation avant intérêts et impôts (EBIT) a dépassé les attentes et progressé de 7,3%, sur un an à 202,7 millions, annonce mercredi Emmi. La marge bénéficiaire nette passe de 3,7 à 4,3%.

Un résultat «réjouissant», assure le patron

«Compte tenu des pressions exercées sur les activités en Suisse, ce résultat s’avère réjouissant», déclare Urs Riedener, directeur général d’Emmi, cité dans le communiqué, tout en soulignant les progrès réalisés à l’étranger et l’importance de la Suisse, «élément central de notre stratégie».

Notre interview en 2015: Urs Riedener: «Emmi va augmenter ses prix à l’international»

Pour l’année en cours, la direction s’attend à ce que la conjoncture reste difficile. En 2017, l’entreprise entend néanmoins enregistrer une légère hausse de son chiffre d’affaires et assurer la stabilité de la rentabilité.

Effets du tourisme d’achats

Comme déjà publié début février, l’entreprise a réalisé un chiffre d’affaires en hausse de 1,4% l’an dernier, à 3,26 milliards de francs. Corrigés des effets de change et des acquisitions, les revenus ont cependant reculé de 1%. Dans la division Suisse, ils se sont contractés de 2,9% en termes organiques.

Le ralentissement est mis sur le compte du tourisme d’achats, de l’augmentation des importations et des incertitudes économiques telles que le Brexit. Le prix du lait a également baissé à l’échelle mondiale. En revanche, des marques comme Caffè Latte, Kaltbach et Yoqua ont progressé, ce qui incite à l’optimisme.

Lire aussi: Emmi mise sur le marché américain

Publicité