Le géant américain Alcon, en voie de rachat par Novartis, n’a pas faibli en 2009. Le leader mondial des produits ophtalmologiques a vu son chiffre d’affaires grimper de 3,3% à 6,5 milliards de dollars (6,9 milliards de francs).

Le bénéfice net a en revanche décliné de 2% à 2,01 milliards de dollars, a indiqué l’entreprise dans la nuit de jeudi à vendredi. La légère baisse de rentabilité en comparaison avec l’année précédente est liée principalement à des effets fiscaux. Le groupe précise que sa croissance organique – qui résulte du développement de ses propres ventes et non d’acquisitions – a même atteint 6,3%. Pour l’exercice qui vient de débuter, il prévoit à nouveau une croissance organique inscrite entre 5 et 10%.

Obstacle

Novartis veut l’intégralité d’Alcon. Il a conclu en 2008 un accord avec le groupe alimentaire vaudois Nestlé pour lui racheter progressivement ses parts, a acquis d’abord un quart de la société, puis a porté sa participation à 77% au début de janvier 2010.

L’acquisition du solde des parts est toutefois en butte aux résistances d’un certain nombre d’actionnaires minoritaires. ceux-ci s’estiment lésés par le prix qui leur est proposé en comparaison avec celui offert à Nestlé.

Fondée en 1945 à Fort Worth au Texas, Alcon emploie actuellement environ 15 000 personnes dans plus de 75 pays. Son siège se trouve maintenant à Hünenberg (ZG), et le groupe dispose aussi de sites à Genève, Fribourg, Schaffhouse et Zurich.