Nous publions ici une série d'articles sur les enjeux de la prévoyance et sur les défis du 2e et du 3e pilier. Le Temps organise par ailleurs le Forum de la prévoyance, le 8 septembre, à Lausanne, qui reviendra précisément sur ces thèmes.

Si la situation financière du futur retraité est modeste, les experts de la prévoyance déconseillent de choisir le capital plutôt que la rente, parce que la capacité à prendre des risques financiers sera plus limitée, même si les actions sont devenues meilleur marché cette année. «Dans un contexte boursier difficile, les clients préfèrent davantage la rente», observe Roland Bron, directeur de VZ en Suisse romande. Le capital est souvent intéressant, à son avis, mais à condition que la situation financière du ménage soit solide. Si l’assuré a besoin de capital, la vente d’un objet immobilier est souvent conseillée et l’achat d’un bien moins coûteux.