Cette semaine, Roche a encore confirmé son statut de poids lourd des diagnostics face à la pandémie. Vendredi, le groupe bâlois a indiqué avoir obtenu le feu vert des autorités américaines pour un test permettant de distinguer le SARS-CoV-2 des virus de la grippe A et B, aux Etats-Unis et dans les pays acceptant le marquage CE (un label obligatoire pour les produits commercialisés dans l’Union européenne). 

Un test pour distinguer Covid-19 et grippe

«Avec la saison de la grippe qui approche, ce test est important car le SARS-CoV-2 et les infections grippales peuvent difficilement être différenciés sur la base des seuls symptômes», selon Thomas Schinecker, le directeur de la division diagnostics de Roche. Réalisé sur la base d’échantillons par prélèvement nasal ou nasopharyngé, ce test sera utilisé sur ses machines de diagnostic (Cobas 6800 et 8800) répandues dans les hôpitaux et capables de traiter des gros volumes.

Lire aussi: Un test pour distinguer covid et grippe

Mardi, le groupe bâlois avait annoncé le lancement d’un test de dépistage des antigènes du coronavirus. Issu d’un partenariat avec la société sud-coréenne SD Biosensor, il doit donner des résultats en quinze minutes. Il sera disponible dans les pays reconnaissant le marquage CE. Une demande d’autorisation urgente doit être déposée aux Etats-Unis. Dans un premier temps, 40 millions de tests seront disponibles par mois, un chiffre qui doit doubler d’ici à la fin de l’année.

Traitements et logistique

Le numéro un mondial de l’oncologie et poids lourd des diagnostics mène aussi des essais cliniques sur l’Actemra, un immunosuppresseur utilisé face à la polyarthrite rhumatoïde qui pourrait jouer un rôle face au Covid-19 (les premiers résultats, publiés fin juillet, n’ont, cela dit, montré aucun impact positif).

Le groupe a également augmenté ses capacités logistiques et de production pour faire face à la demande. Il s’est associé en août à la firme américaine Regeneron pour étudier un anticorps susceptible d’aider les patients atteints du Covid-19. En un an, son titre est passé de 269 à 315,90 francs vendredi en milieu d'après-midi.