Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire

Repère. Les Anglais financent le sport suisse

Repère.

Ils sont fous ces Bretons, pour citer un ancien héros gaulois. Non seulement ils n'ont pu participer à la fête de l'Euro 08 de football, mais, par Schroders, une institution anglaise de plus de 200 ans, ils financent les meilleurs talents sportifs suisses. Des jeunes de 14 à 17 ans sont en effet invités à faire partie du «Team Schroders». Passionnés de sports aussi différents que le VTT, le ski, la course d'orientation et l'escrime, ils obtiennent déjà des résultats remarquables. La banque leur offre un financement de 10000 francs et le conseil régulier d'anciens champions. Ceci dans un pays où les jeunes sportifs ne peuvent guère compter sur l'Etat. En effet, le soutien financier des sportifs suisses se distingue complètement de nos voisins d'Autriche, de France ou d'Allemagne. Avec Schroders, le choix des talents est confié à des légendes du sport: Bernhard Russi et Thomas Frischknecht. La stratégie mise en place par la banque et son patron suisse, Stephen Mills, correspond à son approche des fonds de placement: la découverte et l'investissement dans le potentiel caché des marchés. Coup de pouce supplémentaire, le jury offre 10000 francs en plus au «talent de l'année», en l'occurrence Lara Imhof, escrimeuse depuis seulement quatre ans et déjà 16e au Championnat du monde.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)