Grâce à la mondialisation, la planète connaît une belle croissance économique, 4,3% en 2005. Les entreprises engrangent des bénéfices. Les actionnaires touchent des dividendes. Les Etats améliorent les recettes fiscales.

Tout n'est pourtant pas rose. La moitié de la main-d'œuvre mondiale continue de gagner deux dollars par jour ou moins. La foule de travailleurs dans le secteur informel - sans prestation fixe, sans sécurité sociale et sans service de santé - grossit. Et il n'y a jamais eu autant de chômeurs: 192 millions, soit 6% de la main-d'œuvre mondiale, en hausse de 2,2 millions par an. Près de 86 millions d'entre eux sont des jeunes âgés de 15 à 25 ans. Autant dire que cette situation peut très vite tourner mal. Violence, prostitution, trafic de drogue, immigration...

C'est devant ce défi majeur - croissance sans création d'emplois - que vient de s'ouvrir, ce mercredi à Genève, la conférence annuelle du Bureau international du travail. Mais a-t-elle le moyen de faire face?