Les investisseurs, trop occupés à retirer leurs billes des marchés émergents après l'éternuement de la Bourse de Shanghai, n'ont sans doute pas prêté l'oreille à une nouvelle venue hier du Brésil. Le produit intérieur brut a progressé de 2,9% en 2006. Les moteurs de croissance sont la consommation des ménages (+ 3,8%) et les investissements des entreprises (+ 6,3%). Les deux sont liés.

Au Brésil, comme dans les pays émergents, cette confiance dans les investissements provient de l'amélioration des revenus de la population, dont une frange plus large peut accéder aux produits manufacturés industriels bon marché. Dans ce contexte, Nestlé a recruté 3800 vendeuses pour faire du porte-à-porte dans les villes brésiliennes. D'ici à 2015, la population mondiale au revenu annuel de 5000 à 13000 dollars va doubler, à 1,8 milliard de personnes. Les fondamentaux des marchés émergents sont là, et pas dans les soubresauts des cotations boursières.