Le magazine russe Itogi («Bilan»), se basant sur de nouvelles statistiques de la Banque centrale russe, écrit que les fonds transférés par des particuliers russes en direction de la Suisse ont presque quadruplé entre les deuxième et troisième trimestres 2007, passant de 290 millions à 1,21 milliard de dollars. Notre pays est la première destination mondiale de ces mouvements, devant la Chine et les Pays-Bas. Le volume moyen des transactions a fortement augmenté lui aussi.

Itogi avance comme raison les taux attrayants proposés par les banques suisses aux clients russes fortunés, suite à la crise des liquidités. L'explication paraît tirée par les cheveux. En revanche, le refroidissement des relations russo-anglaises expliquerait un report des placements jadis destinés à la City vers Zurich ou Genève.

Coïncidence, un «expert» russe cité par The Guardian affirme que Vladimir Poutine posséderait 40 milliards de dollars en participations camouflées dans diverses sociétés proches de l'Etat. Et cet argent aboutirait notamment «à Zoug et au Liechtenstein».