Présent en Chine depuis dix ans, Adecco, numéro un mondial du recrutement, compte y renforcer ses activités, notamment dans le travail temporaire. Cette croissance coïncide avec l'entrée en vigueur d'une nouvelle législation du travail en Chine à partir du 1er janvier 2008.

Celle-ci prévoit notamment l'obligation de contrats de travail écrits, la promotion de salariés ainsi que la conciliation et l'arbitrage. Bref, elle garantit un meilleur traitement et plus de droits en matière de protection contre les licenciements.

A relever tout de même que cette nouvelle loi renchérira également les coûts du travail et rendra les produits chinois moins compétitifs.

Il n'empêche que la réforme est réjouissante. Pour Adecco, comme pour les tous les employeurs étrangers, elle offre une meilleure sécurité juridique. Dans un pays où le travail des enfants et le travail forcé sont dénoncés comme des pratiques courantes, elle montre que la Chine adapte ses lois et ses institutions au fur et à mesure qu'elle émerge de son statut de pays pauvre. Cela, il faut le dire, est un processus naturel.