Dubaï pourrait avoir besoin de son voisin Abu Dhabi pour payer ses dettes, craint Moody's. Dans un rapport diffusé lundi, l'agence de notation rappelle que l'Emirat a financé son miracle économique par un recours massif au crédit. Les entreprises d'Etat cumulent des dettes d'au moins 47 milliards de dollars, plus que le PIB du territoire.

Ces fonds ont financé d'innombrables projets immobiliers, dont le Burj Dubaï, la plus haute tour du monde. L'Emirat a aussi pris des participations dans plusieurs sociétés occidentales, notamment Deutsche Bank et le géant européen de l'aéronautique EADS. Moody's pense que l'endettement continuera de croître plus vite que l'économie pendant au moins cinq ans.

Mais les risques géopolitiques et financiers sont élevés. Dubaï pourrait donc avoir besoin de l'aide d'autres membres des Emirats arabes unis pour assumer sa dette. Les regards de Moody's se tournent vers Abu Dhabi, qui contrôle 90% des réserves de pétrole de l'Etat fédéral. Ce qui ne sera pas sans poser de problème... Abu Dhabi est un peu jaloux du succès de Dubaï et cherche à copier les recettes de son voisin. Mais cet autre émirat est aussi plus conservateur et réticent face à la très large ouverture choisie par Dubaï.